Deuil de la Mort de ma Mère

Un enfant en Deuil qui marche avec le fantôme de son parent décédé

This post is also available in: Dutch,French,German,

Deuil de la Mort de ma Mère

Comme décrit précédemment dans l’article Vivre le Deuil et Laisse Aller, le deuil est quelque-chose qui s’appliquer à tous nos attachements et pas seulement aux évènements majeurs de l’existence. Ce grands évènements douloureux, spécialement s’ils se sont déroulé dans l’enfance, ont une plus grande chance toutefois de ne pas avoir suivi un processus de deuil complet.

Les conséquences d’un deuil incomplet

Le processus de deuil permet de dissoudre la tristesse, la fureur et le sentiment de perte. Ma mère est décédée quand j’avais 9 ans. Elle s’est suicidée de la fenêtre de ma chambre. J’ai pleuré 5 minutes, ai fait des dessins avec un psychologue, n’en ai pas vraiment parlé à la maison car mon père était dévasté. J’ai pensé que je m’en suis remis assez rapidement et ai reçu le feedback récemment de la mère d’un ami que tout le monde avait trouvé mon courage impressionnant. Ce n’était pas du courage mais une mise en veille émotionnelle. Je n’ai fondamentalement aucun souvenir avec des émotions fortes entre l’âge de 9 ans et de 15 ans. J’ai pris l’évènement dévastateur, l’ai enfermé dans une petite boite et l’y ai laissé pourrir. Pendant ce temps, il consommait silencieusement mon estime de moi et je suis sorti de ces années là avec plusieurs blessures que j’aimerais détailler un peu plus ici.

La peur de l’abandon

La plus handicapante de ces blessures, qui a impacté de manière majeure mes relations d’adultes, spécialement mes relations intimes, est la peur de l’abandon. La façon dont j’ai internalisé son suicide est que même si quelqu’un m’adore au delà de tout et m’aime de manière inconditionnelle, ce ne sera pas suffisant pour que la personne veille rester près de moi. J’ai essayé d’avoir des relations amoureuses authentiques dans ma vie de jeune adulte qui ont eu leurs hauts et leurs bas mais après la première séparation douloureuse la blessure s’est réouverte. J’ai à nouveau construit un mur protecteur autour de cette blessure et ne me suis plus jamais engagé entièrement avec les sujets de mon amour pour éviter la peine de la rupture considérée inevitable. J’ai fait du mal à plusieurs femme dans cette dynamique et je veux leur exprimer à quel point je suis désolé pour ça.

Peur de n’avoir pas de Valeur

De manière similaire à La Peur de l’Abandon, une part de moi se demande toujours si sa décision de partir était parce-que je n’étais pas assez bien. Intellectuellement je sais que c’est complètement faux mais le sentiment émerge encore et encore. Ce sentiment à été renforcé par un père victime du syndrome de Némo et qui voulait que son enfant blessé soit la meilleur version possible de lui-même mais qui par conséquence m’a fait ressentir que je n’étais jamais assez bien pour lui. La conséquence de cette blessure est que mon naturel attentionné s’est transformé en un besoin profond de faire le bien pour plaire. J’ai commencé à me plier dans tous les sens pour plaire aux gens et m’assurer qu’ils allaient m’aimer – même si eux-mêmes n’était pas digne de mon attention. Une autre conséquence qui m’a fait blesser quelques personnes est un comportement continuellement dans la séduction pour valider mon potentiel à être aimer. Je veux aussi demander aux femmes qui en ont été la victime de me pardonner la peine que je leur ai causé.

Ce qui est trop Bon ne peut pas Durer

La dernière conséquence que j’aimerais mentionné est que je suis continuellement dans la peur que ma relation à quelque-chose ou quelqu’un que j’aime énormément sera détruit pas des facteurs intrinsèques ou extrinsèques. Ceci ne me permet pas d’apprécier pleinement ce que j’ai et me force à valider continuellement que je n’ai pas de raison d’avoir peur. Je suis de ce fait souvent perçu comme collant et trop attaché ce qui n’est pas souvent apprécié. J’ai perdu beaucoup d’amis potentiels, surtout à mon adolescence, à cause de cela.

Un peu de Progrès

De manière tout à fait inattendue, j’ai commencé à faire quelques progrès sur toutes les conséquences de ces blessures pendant une séance de méditation. Rien de spécial ne m’y a préparé mais, soudainement, la peur de l’abandon a explosé et j’ai réussi à rester présent face à cette peur et à explorer ce qu’il y a avait sous le sentiment. J’ai revécu la mort de ma mère et ai pleuré pendant toute la séance. Cette expérience m’a laisse pendant plusieurs jours avec un sentiment de paix mais, de manière plus importante, m’a permis de commencer à voir de façon consciente mes comportements résultants dans la vie de tous les jours. Ce n’est pas un problème que je peux considérer comme « Résolu » mais pour lequel je suis plus conscient et ceci aide.

Commentaires de Clôture

Laisser les deuils se passer, pleurez si vous en avez besoin, trouvez des bras aimants qui vous enlaceront si ça vous aide. Le deuil n’est pas une faiblesse mais la façon pour nous de guérir nos blessures. La méditation, ou n’importe quelle autre méthode qui vous permet de revisiter calmement les évènements du passé qui n’ont pas suivi le deuil correctement, est une très bonne façon d’être plus heureux et libre.

Excellent Deuil et merci de laisser vos commentaires sur vos propres expériences ci-dessous si vous en avez envie.

The following two tabs change content below.

Walter

Founder at healing.ly
Spent years in the business world, now looking a bit more at myself and why I'm here and where I want to go. This blog shares my experience.

Latest posts by Walter (see all)

I'm always curious about your views, please comment!